L’importance du sommeil chez le bébé prématuré

L’objectif fonctionnel du séjour en unité d’hospitalisation néonatale est de permettre la maturation des organes vitaux et le développement du cerveau du bébé prématuré.

Ceci nécessite de minimiser les périodes de stress et d’optimiser le temps nécessaire à une bonne croissance du cerveau. C’est pourquoi les bébés prématurés ont besoin de longues plages de sommeil ininterrompues.

 

Pourquoi le sommeil est-il si important chez les bébés prématurés ?

 

De 22-23 à 40 SA, en conditions normales, le fœtus se développe au sein de l’utérus maternel et cet environnement permet sa croissance optimale.

En revanche, dans l’environnement extra-utérin après une naissance prématurée, de nombreux mécanismes de régulation fœtale sont perdus: la protection des parois utérines, la stimulation proprioceptive par le mouvement dans un environnement sombre et fluide, les sons filtrés intermittents, la stimulation cyclique hormonale et le rythme circadien (alternance activité/sommeil) de la mère.

Le sommeil est alors un élément très important pour le développement d’un nouveau-né prématuré, car il contribue à obtenir une bonne condition clinique, une bonne prise de poids, il aide à maîtriser l’alimentation orale et à améliorer la relation parent-enfant.

De plus, la mise en place d’un bon rythme éveil-sommeil est un facteur-clé pour le développement du cerveau.

 

Le développement du cerveau

 

Le cerveau est l’un des derniers organes à se développer dans l’utérus, et c’est l’un des plus fragiles. L’enfant très prématuré entre dans une période critique de développement cérébral de 22-23 semaines d’âge gestationnel à 36-40 semaines : jusqu’à 23 semaines, le cerveau a une surface lisse, puis il croît de 400% entre la 26e et la 40e semaine de gestation.

Un fœtus à 26 SA dort environ 20 à 22 heures in utero. De la même façon, le bébé né prématurément à 26 semaines doit dormir et bénéficier d’un environnement propice à un sommeil important pour le bon développement de son cerveau.

Le cerveau ne peut se développer et former de nouvelles voies neuronales que lorsqu’il dort. Le sommeil est essentiel pour réguler les systèmes corporels, stocker l’énergie et développer correctement les sens. C’est pendant le sommeil que les informations sensorielles vitales sont organisées en circuits et connexions cérébraux permanents.

 

Comment protéger le sommeil des bébés prématurés ?

 

Dans l’environnement extra-utérin de l’unité de néonatalogie, le prématuré est confronté à de nombreux stimuli inadéquats. Or les nourrissons prématurés et fragiles ont des difficultés à organiser et à maintenir des états de sommeil et de veille solides et réguliers. Ils sont extrêmement sensibles aux stimulations de l’environnement (lumière, sons, manipulations) qui provoquent le réveil.

Pour protéger le sommeil, il est important de modifier l’environnement et d’individualiser la prise en charge en se basant sur l’observation des comportements du nourrisson. Il est également fondamental de favoriser la présence des parents car cela aide le bébé à se sentir plus protégé et lui permet de se détendre.

 

Quelques exemples de recommandations

– savoir observer le comportement du nourrisson  pour évaluer son état / reporter les soins non urgents pour minimiser les perturbations du sommeil.

– regrouper et individualiser les soins / permettre au moins une heure de repos après la manipulation et l’alimentation.

– réduire le bruit dans la salle de soins au strict minimum (alarmes des moniteurs, téléphones, voix au plus bas volume possible)

– éviter la lumière directe et les changements soudains d’intensité lumineuse. Adapter l’exposition à la lumière ambiante en fonction de l’âge post-conceptionnel du nourrisson : environnement « sombre » chez les plus jeunes prématurés /  éclairage cyclique après 32 semaines de gestation.

– prévoir une « zone à faible trafic » (zone sans contact, sans conversation) pour les nourrissons les plus immatures et les plus instables.

– encourager l’allaitement maternel car celui-ci a un effet positif sur les cycles de sommeil des nourrissons.

– impliquer les parents dans les soins car cela favorise le développement des habitudes de sommeil : lors du peau à peau, le prématuré est reconnecté à la chaleur, l’odeur, au goût et à la voix de sa mère ou de son père.

 

Les couches peuvent-elles contribuer à préserver le sommeil ?

 

Le moment du change peut induire des situations stressantes pour le nourrisson : couches bruyantes,  fuites ou encore manipulations et repositionnements qui le dérangent.

Des couches spécialement conçues pour les bébés prématurés procureront l’ajustement nécessaire pour son bon développement (taille adaptée, matelas étroit, attaches repositionnables).

Un niveau d’absorption élevé permettra quant à lui de limiter le nombre de changes et de réduire les niveaux de stress pour permettre de longues plages de sommeil ininterrompues.

 

Les changes Pampers® Preemie Protection

 

Depuis quelques années déjà, Pampers a développé en partenariat avec les équipes soignantes de néonatalogie, une gamme de couches spécialement conçues pour répondre aux besoins des prématurés et bébés de petits poids : Pampers Preemie Protection.

Par rapport aux couches standard, les caractéristiques suivantes ont fait l’objet d’une attention particulière :

  • la largeur de la couche au niveau de l’entrejambe est jusqu’à 34% plus étroite en comparaison avec une couche standard
  • le cœur de la couche est profilé pour se conformer plus précisément au corps du bébé
  • Les concepteurs ont cherché à minimiser les fuites d’urine et de selles, qui peuvent perturber le sommeil du bébé en développant un voile d’acquisition et un matelas absorbant performants.
  • L’enveloppe extérieure de la couche, respirante, permet la circulation de l’air pour prévenir la macération.

Ainsi, les couches Preemie Protection offrent jusqu’à 6 heures de protection contre les fuites pour un sommeil sans interruption. Elles apportent aux soignants des services de néonatalogie une solution adaptée pour répondre aux problématiques spécifiques des bébés prématurés.

 

 

Bibliographie :

Sanchez V, Maladen-Percy M, Gustin J, Tally A, Gibb R, Ogle J, Kenneally D, Carr A. Improving Diaper Performance for Extremely Low-Birth-Weight Infants Clinical Pediatrics; 2018

Guido Calciolari & Rosario Montirosso (2011) The sleep protection in the preterm infants, The Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medicine, 24:sup1, 12-14, DOI:10.3109/14767058.2011.607563

Giovanna Colombo & Giovanna De Bon (2011) Strategies to protect sleep, The Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medicine, 24:sup1, 30-31, DOI:10.3109/14767058.2011.607571

Stanley N. Graven, MD and Joy V. Browne, PhD, CNS-BC, Sleep and Brain Development, The Critical Role of Sleep in Fetal and Early Neonatal Brain Development, Newborn & infant nursing reviews, December 2008,  173-177