Hospitalia – Le Laboratoire Rivadis engagé auprès des nouveau-nés prématurés

Par Joyce Raymond

Concernant une naissance toutes les huit minutes en France, la prématurité touche environ 60 000 bébés par an et impose des protocoles précis pour accompagner le développement des nourrissons dans les services de néonatalité. Nous découvrons les spécificités des soins de change et de toilette avec Élodie Dorgère et Justine Allio Alquier, respectivement cheffe de marché petite enfance et cheffe de marque Rivadouce pour le Laboratoire Rivadis.

Pourriez-vous, pour commencer, nous rappeler les principales problématiques cutanées liées à la prématurité ?

Élodie Dorgère : Comme vous le savez, une des fonctions essentielles de la peau est sa fonction barrière, qui protège l’organisme des agressions extérieures. Or celle-ci est particulièrement immature chez le nouveau-né prématuré : il lui faudra deux à trois semaines pour acquérir des compétences similaires à celles d’un nouveau-né qui vient juste de naître à terme. Trois autres mois lui seront nécessaires pour se rapprocher de la fonction barrière d’une peau adulte. Hors prescription médicale, rien ne doit donc être appliqué sur une peau de prématuré né avant 28 SA durant le premier mois de vie. Ensuite, et sous réserve de l’accord des soignants, on pourra utiliser des produits spécifiquement conçus et autorisés pour le nourrisson.

Cette spécificité n’est pas sans impacts sur les soins de routine. Comment alors effectuer un change ?

Élodie Dorgère : Il y a ici plusieurs enjeux, autant liés à l’immaturité de la peau qu’à celle du système nerveux et de la musculature. Ce sont justement des problématiques auxquelles répond la gamme Pampers Premies Protection, disponible au catalogue Rivadis. Développée en partenariat avec des équipes soignantes en néo-natalité, elle a été revue cette année pour intégrer de nouvelles innovations. La capacité d’absorption a été renforcée et l’enveloppe extérieure est plus respirante pour prévenir la macération et les irritations associées. Sur le plan du maintien, la couverture des bandes latérales a été élargie et la largeur de l’entrejambe réduite, pour limiter les risques de déformation de la hanche. Enfin, la double découpe du cordon ombilical facilite la pose pour éviter de trop manipuler le bébé, qui a besoin de longues plages de sommeil pour développer de nouvelles voies neurologiques.

Quid des soins de toilette ?

Justine Allio Alquier : Ce sont à chaque fois les soignants qui décideront de l’opportunité d’un bain, en fonction de l’état et de la progression du nourrisson. Il faut alors utiliser des produits de toilette spécifiques, développés sans irritants, allergènes ou parfum. Le gel surgras sans parfum de la gamme Rivadouce Bébé Bio convient ici parfaitement : composée de 98,8 % d’ingrédients d’origine naturelle, sa formule minimaliste est testée et approuvée pour les peaux sensibles, sèches à tendance atopique.

Votre engagement auprès des prématurés et de leurs familles est ancien. Pourriez-vous nous en parler ?

Justine Allio Alquier : Rivadis et Pampers soutiennent en effet l’association SOS Préma, créée en 2004 et qui se mobilise auprès des familles, des équipes médicales et des pouvoirs publics. Elle organise d’ailleurs chaque année une « Journée des Soignants », dont la prochaine édition se tiendra les 7 et 8 octobre à Paris. Depuis 2017, le Laboratoire Rivadis prend en charge la confection et la distribution des trousses SOS Préma dans les services de néo-natalité, en les garnissant notamment d’un gel surgras Rivadouce Bébé Bio et d’une couche Pampers Premies Protection. Près de 35 000 bébés en bénéficient chaque année.