Comment assurer l’hygiène quotidienne des résidents en EHPAD ?

 

Adaptée au degré d’autonomie des résidents en EHPAD, la toilette quotidienne permet de préserver une peau saine pour les personnes âgées tout en constituant un moment privilégié de bien-être et d’échange avec le personnel.

Elle est par ailleurs souvent accompagnée de soin préventif de la macération ou des escarres et permet au soignant d’apprécier l’état général du patient. Ainsi, la toilette quotidienne des patients en EHPAD revêt un double enjeu : leur permettre de se sentir bien et préserver une peau saine. En effet, la peau joue le rôle important de barrière de protection contre les micro-organismes et permet à terme d’éviter l’apparition d’irritations.

Et du fait des risques d’infection et de transmission croisée entre le résident, le soignant et l’environnement, l’adoption de gestes et précautions adaptés, alliant rigueur et bienveillance, est essentielle.

Utiliser un protocole de toilette en EHPAD

Afin de garantir ce double objectif de prévention santé et de bien-être des résidents, de nombreux EHPAD et établissements gériatriques s’appuient aujourd’hui sur un protocole de toilette, un document permettant de formaliser les règles et gestes à appliquer selon la nature de la toilette et des soins à réaliser.

Tout en laissant place à la dimension humaine de la relation, ce protocole permet au personnel soignant de s’assurer du bon respect des règles de bases et des règles spécifiques à la toilette des personnes âgées, afin notamment de garantir une bonne hygiène des patients, un moment de bien-être physique et moral, et de réduire au maximum les risques de transmission croisée.

Sont ainsi rappelées les bonnes pratiques concernant l’hygiène des mains du soignant, le bon usage des gants, le port de tenues et de protections adaptées, la propreté de l’environnement, le bon usage du matériel ou encore les précautions à prendre afin de pouvoir assurer une toilette sans risque d’interruption.

Toilette des personnes âgées et dépendantes protocole - Laboratoire rivadis

Le protocole douche pour personne âgée

Particulièrement importante pour préserver le bien-être et la santé des personnes âgées, la toilette doit être adaptée à chaque résident, que ce soit dans la démarche adoptée ou dans les produits utilisés. Le personnel soignant prendra ainsi en considération le degré d’autonomie des résidents, les douleurs, la perte de mobilité afin de proposer les meilleurs soins d’hygiène quotidiens. Il veillera également à utiliser des produits adaptés aux peaux fragiles, c’est-à-dire contenant des tensio-actifs doux et en proportion modérée et présentant un pH physiologique, afin d’en préserver les fonctions naturelles et de la protéger des agressions extérieures.

Toilette avec rinçage

Si la douche quotidienne est souvent difficile du fait de la perte d’autonomie et de mobilité des personnes âgées, des gels douche corps et cheveux, ou gels dermatologiques pour les peaux plus fragiles, permettent de réaliser une toilette totale avec rinçage.

Toilette sans rinçage

Pour le confort de personnes alitées, dépendantes ou douloureuses, la toilette sans rinçage permet de réaliser une toilette partielle ou totale ou bien encore une toilette du change. Adaptés aux peaux fragilisées, les solutions sans rinçage et shampoings sont alors idéaux pour nettoyer et protéger l’épiderme et le cuir chevelu.

 

Faire de la toilette un moment de détente

La toilette contribue au bien-être physique et moral et permet de conserver une meilleure image de soi-même. Au-delà du simple geste de propreté, elle constitue un temps relationnel, verbal ou non, qui est primordial.

Il faut veiller à préserver l’autonomie de la personne et la faire participer autant que possible au soin. On peut aussi profiter de ce temps pour lui proposer des mouvements de toucher relationnel afin de la détendre et lui apporter du bien-être.

 

Fiche technique de la toilette gériatrique pour l’aide-soignant

Du fait du risque de transmission croisée entre le résident, le soignant et l’environnement, l’approche de la toilette gériatrique doit être strictement organisée tant dans sa préparation, que pendant l’acte et une fois que celui-ci est terminé.

Avant la toilette du patient

Avant de commencer la toilette du patient et toute manipulation de matériel de soin, l’aide-soignant doit veiller à se laver les mains à l’eau et au savon glycériné permettant d’éviter le dessèchement des mains, ou les frictionner à l’aide d’un produit adapté tel qu’un gel désinfectant.

Le soignant peut alors mettre en place l’ensemble des matériels et produits de soin et de toilette propres. Cette préparation et ces précautions permettront notamment d’éviter tout oubli et toute interruption de la toilette du patient afin que celle-ci se passe dans les meilleures conditions possibles.

Enfin, et avant d’entamer les soins d’hygiène, l’aide-soignant protégera sa tenue de travail avec, par exemple, un tablier imperméable à usage unique. Il installera confortablement la personne au lavabo ou dans son lit.

Pendant la toilette du patient

Afin de garantir la propreté du soin et de limiter le risque de transmission croisée, les aides-soignants sont invités à s’équiper de gants à usage unique pour réaliser la toilette des patients en EHPAD, en particulier pour la toilette intime, les soins de bouche, le rasage mécanique et, bien évidemment, en cas de plaie ou de peau lésée.

Il convient de respecter la pudeur et l’intimité du résident et de le laisser réaliser seul un maximum de gestes, afin de préserver son autonomie, en prenant le temps nécessaire.

Dans son approche, le soignant doit adopter un ordre logique des soins apportés, du propre au sale, les gants jetables étant changés chaque fois que cet ordre n’est pas respecté.

Il doit ainsi commencer par le visage et le cou, puis le torse, les bras, les mains et le dos, les parties génitales et la région anale, et enfin la bouche et les dents. L’ensemble des parties du corps sont lavées au savon et à l’eau claire l’aide d’un gant. On veillera à ce que les résidents ne prennent pas en froid en réglant l’eau à la température souhaitée et en couvrant les parties du corps ayant déjà été lavées. Afin de préserver la peau fragile des personnes âgées, le séchage est réalisé en tamponnant et non en frottant.

Après la toilette

Lorsque la toilette est réalisée, le personnel soignant doit veiller à laisser la chambre et le lit parfaitement propres. En effet, la décontamination de l’environnement est tout aussi importante que l’hygiène des mains.

  • Le linge sale est trié et évacué à l’aide d’un chariot dédié, positionné à l’extérieur de la chambre. En complément d’un lavage classique en machine, les draps et le linge sale pourront être désinfectés à l’aide d’un produit spécifique, actif dès 30°C, garantissant la bonne hygiène du linge en collectivités.
  • Les déchets sont évacués de la chambre dans des sacs fermés au préalable, en veillant à placer tout objet coupant tel que les rasoirs dans un collecteur adapté.
  • L’environnement du patient et le matériel de soin et de toilette sont nettoyés. De même, les équipements partagés sont impérativement nettoyés entre deux toilettes à l’aide, par exemple, de lingettes désinfectante

Une fois le soin du patient terminé et le rangement de la chambre effectué, l’aide-soignant pourra retirer ses gants et se laver les mains selon les règles habituelles à l’aide d’un savon doux glycériné et/ou les désinfecter avec un gel hydroalcoolique.

 

Cet article vous a intéressé ?
Pour profiter de notre expertise et de nos produits professionnels pour votre établissement, rejoignez-nous et créez dès aujourd’hui votre compte rivadispro.com en cliquant ici.